La tragédie du roi Christophe CÉSAIRE Aimé

La tragédie du roi Christophe Zoom

La tragédie du roi Christophe constitue la pièce maîtresse de ces " tragédies de la décolonisation " écrites par Aimé Césaire pour témoigner - remarquablement - d'un acte politique majeur de notre temps ...

Plus de détails

2708701304

Nouveau produit

disponible

5,88 €

La tragédie du roi Christophe constitue la pièce maîtresse de ces " tragédies de la décolonisation " écrites par Aimé Césaire pour témoigner - remarquablement - d'un acte politique majeur de notre temps.
La tragédie du roi Christophe, est une œuvre barbare (au sens noble du terme) lyrique et nécessaire. Affirmant que la politique est la force moderne du destin et l'histoire la politique vécue, Aimé Césaire donne à voir l'invention du futur, d'un futur enraciné. L'aventure haïtienne de Christophe évoque le destin collectif du peuple africain d'aujourd'hui. A la phase de la révolte aiguë a succédé celle de la re-connaissance, de la constitution d'un patrimoine authentique et librement assumé.
Cette entreprise doit être celle d'un bâtisseur, d'un architecte : Aimé Césaire a su créer un personnage d'une grande et haute stature avec une vigueur et une invention poétique exceptionnelles. Christophe (qu'habita, si puissamment, le comédien Douta Seck) est un homme d'Afrique. Il est le Muntu, l'homme qui participe à la force vitale (le n'golo) et l'homme du verbe (le nommo). Le texte initial de la pièce a fait l'objet de révisions multiples.
La dernière version, que présente aujourd'hui Présence Africaine (après avoir publié le texte initial) révèle la qualité de la collaboration qui a réuni, à tous les instants, l'auteur Aimé Césaire et le metteur en scène Jean-Marie Serreau.

 Aimé Césaire naît le 26 juin 1913 à Basse-Pointe en Martinique, d’un père instituteur et d’une mère couturière. Après l’obtention de son baccalauréat, il arrive à Paris en 1931 et entre en classe d’hypokhâgne au Lycée Louis-le-Grand, en plein coeur du Quartier Latin. En 1934, Césaire fonde avec d’autres étudiants antillo-guyanais le journal L’étudiant noir, dans lequel il formule pour la première fois le concept de Négritude, qu’il définit essentiellement comme une « quête dramatique » de l’identité noire, lui l’Antillais, l’homme du déracinement et de l’écartèlement, tendu vers une Afrique qu’il ne connaît pas et qu’il ne peut que fantasmer. Il intègre l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm en 1935 et commence la rédaction du Cahier d’un retour au pays natal, qu’il publie une première fois en 1939, juste avant de rentrer en Martinique où il devient professeur de lettres. En 1941, il fonde avec son épouse Suzanne Césaire la revue Tropiques, en réaction à l’aliénation culturelle que subit la Martinique et qu’il éprouve d’autant plus douloureusement qu’il est de retour au pays après dix ans d’absence. L’année 1945 est celle de son entrée en politique : il est élu maire de Fort-de-France, ainsi que député au PCF. En 1947, il collabore à la création de la revue Présence Africaine. Déçu par le parti communiste qui n’accorde aucune importance aux problèmes spécifiques des Antilles et du monde noir, Césaire fonde en 1957 le Parti progressiste martiniquais. Il défendra durant toute sa vie d’homme de lettres et d’homme politique des positions farouchement anticolonialistes. Il meurt à Fort-de-France en 2008.


            Césaire est l’auteur d’une oeuvre conséquente et protéiforme. Tout à la fois poète, dramaturge, essayiste, il a su couler sa parole dans différents registres, du Cahier d’un retour au pays natal au Discours sur le colonialisme. Dans une langue véhémente, furieuse, au rythme cardiaque et aux images pyrotechniques, il est peut-être le poète de la Négritude à avoir exprimé avec le plus de justesse et le plus de force la sensibilité noire. Ses livres témoignent d’une grande exigence lexicale, d’un goût du mot juste et d’un amour de la langue française, qu’il manie « comme il n’est pas aujourd’hui un Blanc pour la manier », aux dires d’André Breton. Par-delà la rage et l’indignation à la source de toute son oeuvre, celle-ci proclame un message d’espoir fraternel, confiant en la possibilité d’une entente entre les hommes, qui s’exprime glorieusement dans l’envoi du Cahier d’un retour au pays natal : « Il reste à l'homme à conquérir toute interdiction immobilisée aux coins de sa ferveur et aucune race ne possède le monopole de la beauté, de l'intelligence, de la force et il est place pour tous au rendez-vous de la conquête et nous savons maintenant que le soleil tourne autour de notre terre éclairant la parcelle qu'à fixée notre volonté seule et que toute étoile chute de ciel en terre à notre commandement sans limite. »


 


           

Donnez votre avis

La tragédie du roi Christophe

La tragédie du roi Christophe

J'ai compris / Masquer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d'achat et pour réaliser des statistiques de visites.