La Chanson de Lawino OKOT p'Bitek

La Chanson de Lawino Zoom

Lorsque parut en 1965, sous le titre Song of Lawino, la version anglaise du poème en acholi Wer per Lawino du grand écrivain ougandais Okot p'Bitek, la critique fut unanime à reconnaître son originalité et le talent de son auteur. Près de vingt ans après, sa traduction en langue française élargit son audience et confirme son actualité. C'est que, tout en reprenant les signes de l'oralité, La Chanson de Lawino exprime avec force des thèmes contemporains : l'aliénation et l'affirmation de l'identité culturelle. Face à Ocol, son mari, fasciné et asservi par des modèles culturels d'importation qui méprisent les traditions africaines, Lawino, l'épouse lucide, se dresse pour défendre les coutumes acholi et magnifier la vitalité de l'identité de l'Afrique tout entière. Et c'est son chant qui constitue tout le poème, à la fois douloureux et lyrique, tendre et satirique. Il porte un message d'amour, de lutte et d'espoir.

Plus de détails

2708704184

Nouveau produit

disponible

10,30 €

TTC

Lorsque parut en 1965, sous le titre Song of Lawino, la version anglaise du poème en acholi Wer per Lawino du grand écrivain ougandais Okot p'Bitek, la critique fut unanime à reconnaître son originalité et le talent de son auteur. Près de vingt ans après, sa traduction en langue française élargit son audience et confirme son actualité. C'est que, tout en reprenant les signes de l'oralité, La Chanson de Lawino exprime avec force des thèmes contemporains : l'aliénation et l'affirmation de l'identité culturelle. Face à Ocol, son mari, fasciné et asservi par des modèles culturels d'importation qui méprisent les traditions africaines, Lawino, l'épouse lucide, se dresse pour défendre les coutumes acholi et magnifier la vitalité de l'identité de l'Afrique tout entière. Et c'est son chant qui constitue tout le poème, à la fois douloureux et lyrique, tendre et satirique. Il porte un message d'amour, de lutte et d'espoir.

Okot p'Bitek est né en 1931 à Gulu, dans le nord de l'Ouganda, en pays acholi.
Il est décédé le 20 juillet 1982. Il a fait ses études primaires et secondaires à Gulu d'abord, puis au Collège Royal de Budo, près de Kampala. Il a suivi des cours de Pédagogie à Bristol, de Droit à Aberystwyth et de Sociologie à Oxford, et a été nommé professeur à l'Université Makerere. Un temps directeur du Théâtre de Kampala, il fut le fondateur du Festival Africain de Gulu. Il a écrit un grand nombre d'articles, et plusieurs romans et poèmes qui ont été publiés en Afrique orientale - parmi lesquels Lak Tar, Song of Ocol, Song of Prisoner et, bien entendu, Song of Lawino. En 1972, Okot p'Bitek obtient le prix Kenyatta pour la littérature.

J'ai compris / Masquer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d'achat et pour réaliser des statistiques de visites.