Ces esclaves qui ont vaincu Napoléon - Toussaint Louverture et la guerre d'indépendance haïtienne (1801-1804) GIRARD Philippe R. (AE)

Ces esclaves qui ont vaincu Napoléon - Toussaint Louverture et la guerre d'indépendance haïtienne (1801-1804) Zoom

Éditions Atlantide

Plus de détails

9782371250451

Nouveau produit

Ce produit n'est plus en stock

11,37 €

Les chiffres parlent d'eux-mêmes. 43 800 soldats furent envoyés en expédition à Saint-Domingue par Napoléon Bonaparte début 1802 pour reprendre, au nom de la France, la 'Perle des Antilles', renverser Toussaint Louverture, le 'Spartacus noir', et rétablir l'esclavage et l'ancien système colonial. Seuls 7 000 étaient encore en vie au moment où l'armée française en déroute fut évacuée en 1803. Environ 100 000 Haïtiens moururent dans le même temps, pour la naissance d'un pays qui proclama son indépendance en 1804. Entre 3 000 et 5 000 colons blancs furent éliminés dans les mois qui précédèrent ou suivirent l'indépendance.

Cet ouvrage nous plonge au cœur du drame fondateur qui s'est noué sur la scène coloniale caribéenne au moment même où la France accomplissait sa propre révolution. Un drame en trois actes. Un : soulèvement des esclaves de Saint-Domingue - surnommée la "perle des Antilles" et la plus riche des colonies françaises - en 1791, suivi trois ans après de l'abolition de l'esclavage par la nouvelle Assemblée nationale française.
Deux : envoi sur l'île par Napoléon Bonaparte d'un corps expéditionnaire dirigé par le général Leclerc, beau-frère de l'empereur, en vue de renverser le chef des rebelles, Toussaint Louverture, et de rétablir l'esclavage. Trois : victoire des insurgés et création, en 1804, de la première république noire de l'histoire : Haïti. C'est cette expédition coloniale désastreuse, qui fit des milliers de morts des deux côtés et restera comme l'une des plus cuisantes défaites de l'empire français, tenu en échec par d'anciens esclaves, que raconte l'historien Philippe Girard dans ces pages.
Pour comprendre les enjeux et le déroulement de l'opération, il a mené des recherches de part et d'autre de l'Atlantique et puisé aux sources les plus variées, qu'elles soient militaires, diplomatiques ou commerciales. A travers le prisme de l'expédition Leclerc, qui en fut le paroxysme, c'est toute la Révolution haïtienne, cet événement majeur de l'histoire atlantique, qu'il fait revivre. "Philippe Girard propose un récit très maîtrisé en dix-neuf chapitre.
Son apport principal n'est pas dans la forme toute classique que prend son ouvrage, dont la vocation est essentiellement pédagogique. Il s'agit davantage de restituer cette tragédie à travers l'épaisseur souvent complexe de ses explications, de ses situations, de ses intrications. (...) Son récit de la guerre d'indépendance haïtienne offre cette opération historiographique rare qui vise à la coexistence des regards, des représentations, des actions, expliquées selon les différentes parties en présence.
A la manière dont Clint Eastwood a voulu comprendre la guerre du pacifique en deux films contrastés, l'historien propose ici un récit qui serait à la fois celui du Blanc et du Noir, du riche et du pauvre, du colon et du colonisé, du Français et de l'Haïtien". (Antoine de Baecque, Le Monde des Livres)

Ancien étudiant à Sciences Po Paris puis à l'université de l'Ohio, Philippe R. Girard est aujourd'hui enseignant à la McNeese State University, en Louisiane. Spécialiste de l'histoire haïtienne, il est l'auteur de plusieurs monographies sur ce sujet parues outre-atlantique.

Donnez votre avis

J'ai compris / Masquer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d'achat et pour réaliser des statistiques de visites.