Les contes d'Amadou Koumba DIOP Birago

Les contes d'Amadou Koumba Zoom

S'il avait le ventre derrière lui, ce ventre le mettrait dans un trou.
S'il n'est que de vous nourrir, une seule femme suffit. Tout ce que dit le petit Maure, il l'a appris sous la tente. Rendre un salut n'a jamais écorché la bouche. Si tu plais au Bon Dieu, les hommes ne t'apprécient pas outre mesure.

Plus de détails

2708701673

Nouveau produit

disponible

5,88 €

S'il avait le ventre derrière lui, ce ventre le mettrait dans un trou.
S'il n'est que de vous nourrir, une seule femme suffit. Tout ce que dit le petit Maure, il l'a appris sous la tente. Rendre un salut n'a jamais écorché la bouche. Si tu plais au Bon Dieu, les hommes ne t'apprécient pas outre mesure. L'eau ne cuira jamais le poisson qu'elle a vu naître et qu'elle a élevé. La promesse est une couverture bien épaisse mais qui s'en couvre grelottera aux grands froids.

Birago Diop est né en 1906 au Sénégal. Son père meurt alors qu’il n’a que deux mois et il est élevé par sa mère et ses frères aînés. Il grandit à Ouakam où il va d’abord à l’école coranique avant de suivre les cours de l’école communale française. Après l’obtention de son baccalauréat, il part pour la France, et obtient un diplôme de vétérinaire à Toulouse. En 1933, il est nommé docteur vétrinaire à l’Institut d’études vétérinaires exotiques à Paris et il se met à fréquenter les milieux d’intellectuels noirs, en pleine effervescence dans ces années-là. C’est ainsi qu’il rencontre Senghor, Césaire et Damas, le trio de base du mouvement de la Négritude. Il participe aux réunions du groupe mais il maintient une certaine distance avec eux, en refusant pendant longtemps tout engagement politique. Il retourne ensuite en Afrique, où il exerce le métier de vétérinaire de brousse, au Mali, en Côte d’Ivoire, et dans de nombreux pays d’Afrique de l’Ouest. C’est à cette époque qu’il recueille des contes de tradition orale auprès de sa mère, de sa grand-mère et surtout du griot Amadou Koumba. Cette rencontre majeure donnera lieu à la publication par les éditions Fasquelle, en 1947, des Contes d’Amadou Koumba (réédités en 1960 par Présence Africaine), puis du recueil Les Nouveaux contes d’Amadou Koumba, publiés en 1958 chez Présence Africaine avec une préface de Senghor. S’il doit son entrée dans la postérité littéraire à ses contes, Birago Diop a commencé par écrire de la poésie. Il s’y est adonné dans sa jeunesse, comme à un exercice, en observant une grande rigueur formelle. Ses poèmes sont réunis dans un recueil,  Leurres et lueurs, publiés chez Présence Africaine en 1960. Il contient le poème « Souffles », où figurent les fameux vers :


 


« Ceux qui sont morts ne sont jamais partis : Ils sont dans l’Ombre qui s’éclaire


Et dans l’ombre qui s’épaissit.


Les Morts ne sont pas sous la Terre : Ils sont dans l’Arbre qui frémit,


Ils sont dans le Bois qui gémit, Ils sont dans l’Eau qui coule, Ils sont dans l’Eau qui dort,


Ils sont dans la Case, ils sont dans la Foule : les Morts ne sont pas morts »


 


À l’indépendance, Birago Diop installe son cabinet de vétérinaire à Dakar. La dernière partie de son oeuvre est consacrée à l’écriture de ses mémoires, qui constituent selon lui le « roman de sa vie », réunis sous différents volumes aux titres volontiers allusifs : La plume raboutée, À rebrousse-gens, ou encore À rebrousse-temps. Il meurt à Dakar le 25 novembre 1989.  


 

Donnez votre avis

J'ai compris / Masquer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d'achat et pour réaliser des statistiques de visites.