Ngando Zoom

Le texte de Ngando qui, dans la présente édition, s'accompagne de deux autres récits, " Faire médicament " et " Londema, suzeraine de Mitsoué-ba-Ngomi ", a été publié pour la première fois en 1949. De ce fait il présente un triple intérêt. C'est d'abord la première œuvre en prose d'un auteur zaïrois ayant une intention littéraire nettement marquée et, en cela, se situant aux sources mêmes de la fiction narrative au Zaïre. Ensuite, Ngando décrit assez fidèlement le Kinshasa des années 1945-1948 avec ses chantiers navals, sa prison centrale, ses écoles, son marché... bref tout un espacé social où s'affrontent quotidiennement traditions africaines et valeurs nouvelles survenues avec la colonisation. Enfin, par l'imaginaire qu'il déploie, la présence quasi obsessionnelle du surnaturel au coeur même du vécu, et l'entrelacement du réel et du mythique dont il est le lieu, Ngando défend et illustre merveilleusement une des préoccupations majeures de la littérature africaine à ses débuts : fixer et propager dans une langue européenne les récits les plus favoris de l'oralité.

Plus de détails

2708704028

Nouveau produit

disponible

6,20 €

TTC

Le texte de Ngando qui, dans la présente édition, s'accompagne de deux autres récits, " Faire médicament " et " Londema, suzeraine de Mitsoué-ba-Ngomi ", a été publié pour la première fois en 1949. De ce fait il présente un triple intérêt. C'est d'abord la première œuvre en prose d'un auteur zaïrois ayant une intention littéraire nettement marquée et, en cela, se situant aux sources mêmes de la fiction narrative au Zaïre. Ensuite, Ngando décrit assez fidèlement le Kinshasa des années 1945-1948 avec ses chantiers navals, sa prison centrale, ses écoles, son marché... bref tout un espacé social où s'affrontent quotidiennement traditions africaines et valeurs nouvelles survenues avec la colonisation. Enfin, par l'imaginaire qu'il déploie, la présence quasi obsessionnelle du surnaturel au coeur même du vécu, et l'entrelacement du réel et du mythique dont il est le lieu, Ngando défend et illustre merveilleusement une des préoccupations majeures de la littérature africaine à ses débuts : fixer et propager dans une langue européenne les récits les plus favoris de l'oralité.

Né en 1914 à Brazzaville, arrivé à Kinshasa en 1921, Paul Lomami Tchibamba a été, jusqu'à sa mort en 1985, un homme des deux rives du fleuve Congo.
Après des études secondaires à Kinshasa, il collabore à divers périodiques du Congo belge, avant de s'exiler à Brazzaville où il crée la revue Liaison, banc d'essai des écrivains Tchicaya U Tam'si, J.-B. Tati- Loutard ou Sylvain Bemba. A ce titre et comme auteur, il sera l'un des invités au Congrès des écrivains et artistes noirs organisé par Présence Africaine en 1956 à Paris. Revenu au Congo-Zaïre, il exerce, après une courte expérience politique et la création du quotidien national Le Progrès, des fonctions dans l'administration culturelle. Premier lauréat d'un concours littéraire dans la colonie belge en 1948, il a publié Ngando (1949, réédité par Présence Africaine en 1982), La récompense de la cruauté (Ed. du Mont- Noir, 1972), Ngemena (CLE, 1981).


J'ai compris / Masquer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d'achat et pour réaliser des statistiques de visites.