Christianisme sans fétiche. Révélation et domination EBOUSSI BOULAGA Fabien

Christianisme sans fétiche. Révélation et domination Zoom

Un chrétien, théologien et philosophe, interroge le discours de sa foi à partir de sa situation d'Africain. Cette pensée, toujours soucieuse de ne pas s'abstraire de la totalité historique et culturelle qui est le lieu même de son séjour, entreprend avec rigueur et éclat l'œuvre d'explicitation et de fondation d'une " critique et d'une reprise africaine du christianisme ". Une relecture importante. Le " monde noir " dans ses manifestations culturelles, son histoire, son développement, tel est le domaine que les textes d'origines diverses de cette collection visent à éclairer. Une même exigence de réflexion s'y manifeste, d'allure non convenue, mais s'efforçant de dégager avec rigueur les termes d'un problème, les limites d'un champ d'investigation, les voies d'un devenir.

Plus de détails

2708703935

Nouveau produit

disponible

11,28 €

Un chrétien, théologien et philosophe, interroge le discours de sa foi à partir de sa situation d'Africain. Cette pensée, toujours soucieuse de ne pas s'abstraire de la totalité historique et culturelle qui est le lieu même de son séjour, entreprend avec rigueur et éclat l'œuvre d'explicitation et de fondation d'une " critique et d'une reprise africaine du christianisme ". Une relecture importante. Le " monde noir " dans ses manifestations culturelles, son histoire, son développement, tel est le domaine que les textes d'origines diverses de cette collection visent à éclairer. Une même exigence de réflexion s'y manifeste, d'allure non convenue, mais s'efforçant de dégager avec rigueur les termes d'un problème, les limites d'un champ d'investigation, les voies d'un devenir.

Fabien Eboussi Boulaga est né le 17 janvier 1934 à Bafia au Cameroun. En 1955, il entre au noviciat jésuite après des études secondaires au petit séminaire d’Akono. Il suit des études de théologie, d’ethnologie et de philosophie à Lyon et se fait ordonner prêtre en 1969. Il fait paraître, chez Présence Africaine, deux de ses principaux ouvrages : La crise du Muntu en 1977 et Christianisme sans fétiche en 1981. Ces deux publications interviennent au moment où est formulée la question de la validité d’une philosophie africaine. En 1980, Fabien Eboussi Boulagaquitte l’ordre des jésuites et demande son retour à l’état laïc, après avoir perdu la foi. Il s’engage alors dans des associations de défense des droits de l’homme. En 1984, il devient professeur de philosophie à l’université de Yaoundé. Dix ans plus tard, il est nommé professeur à l’Institut catholique de Yaoundé. Il meurt dans la même ville, le 13 octobre 2018, à l’âge de 84 ans. 


Fabien Eboussi Boulaga s’est interrogé tout au long de son oeuvre sur la décolonisation du savoir, sur son implacable nécessité comme sur ses aspects les plus problématiques. On lui doit notamment une critique très fine de l’ethnologie et de l’anthropologie, incriminées au titre de sciences « coloniales ». En qualité de théologien et de philosophe, il appelle également à une reprise africaine du christianisme. Dans un article de 1968 intitulé « Le Bantou problématique » et paru dans la revue Présence Africaine, Fabien Eboussi Boulaga pointe les écueils de ce qu’il désigne par le terme d’ « ethnophilosophie », une tendance épistémologique à faire de l’ethnologie, c’est-à-dire à étudier les sagesses, les langues et les mythes africains, sous couvert du discours philosophique, afin d’armer le monde noir d’une vérité postulée universelle, d’ « attester une humanité contestée ou en danger » et de « faire appel à la bienveillance de celui qui est encore le maître pour se faire reconnaître de lui ». Fabien EboussiBoulaga remet simultanément en cause la confiance en l’universalisme occidental d’une part et ces « modes de vérité exotiques » d’autre part, élaborés dans la nostalgie du passé africain d’avant la domination, envisagé comme paradis perdu. L’auteur invite en outre à une adaptation des cadres hérités du système colonial à la réalité africaine. En cela, Fabien EboussiBoulaga doit être salué comme un précurseur à l’échelle de l’histoire de la pensée au XXe siècle, dans la mesure où il a formulé certaines grandes intuitions qui ont alimenté ensuite les Postcolonial Studies par exemple.

Donnez votre avis

J'ai compris / Masquer

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour améliorer votre expérience d'achat et pour réaliser des statistiques de visites.